Des Rangers propres !

0
104
Les conseils à ne pas suivre

Jeune pompier, fraîchement doté d’une belle paire de rangers sorties du carton, de nombreux conseils m’ont été dispensés à l’époque par les anciens. Les contributions des forums ne sont pas non plus avares en conseils de grand-père. Parmi ces « bons » conseils, j’ai pu retenir une longue liste de techniques ancestrales permettant de « casser » ou « assouplir » instantanément ces rangers, pour une fois, ne faites pas confiance aux anciens :

Rouler dessus avec un GMC (ou tout autre véhicule d’intervention dont le PTAC est supérieur à 3,5T)

Les mettre sous un pied du lit et sauter dessus,

Les laisser toute une nuit sous les pieds d’une armoire,

Les plonger une nuit dans un bidon de lait entier,

Les repeindre à l’huile de pied de boeuf,

Les laisser macérer toute une nuit dans du blanc d’œuf, dans l’eau chaude ou dans de l’huile de vidange,

Mettre des chaussettes mouillées, enfiler ses rangers, et marcher,

Les porter en permanence, même de repos.

Les bottes n’ont pas peur de l’eau, mais ce n’est pas une raison pour les laisser macérer en permanence dans la baignoire ou dans une bassine de lait d’ânesse.
Elles n’aiment pas être malmenées par les roues d’un poids lourd, les chenilles d’un char d’assaut, ou les pieds d’un meuble.

Quant à l’utilisation d’huile de vidange, en plus des considérations liées aux odeurs nauséabondes et persistantes, le contact prolongé avec la peau ne semble pas vraiment conseillé  :

Le produit n’est pas considéré comme cancérogène
Lors de l’utilisation dans les moteurs, l’huile est contaminée par de faibles quantités de produits de combustion.
Les huiles moteurs usagées ont développé des cancers de la peau sur des souris lors de leur application répétée ou continue.
Le contact occasionnel de l’huile moteur usagée avec la peau ne devrait pas provoquer d’effets graves sur l’homme à condition de l’éliminer par un nettoyage efficace à l’eau et au savon

Extrait Fiche de donnée sécurité HUILE MOTEUR MULTIGRADE ESSENCE 15W-40

Ces bottes raides et douloureuses vont s’assouplir avec le temps et l’entretien ; les recettes miracles instantanées n’existent pas. Il faut s’armer de patience, se protéger des ampoules, et laisser progressivement apparaître les plis d’aisance, signes que les chaussures s’adaptent à vos pieds…

En attendant que les bottes se forment, évitez les ampoules, limitez les frottements :
Utilisez des pansements préventifs, des crèmes anti-frottement, et des chaussettes épaisses.

L’entretien au quotidien

Si l’état de la barbe et la vétusté des vêtements ne donnaient de nos jours aucune indication tangible sur l’éducation et le rang social d’un individu, les chaussures, et le soin qu’on leur portait, ne trompaient jamais. En plus de l’élégance, elles révélaient le bon sens, la fiabilité, le respect pour les matériaux nobles, le savoir-faire de l’artisan et, pour peu qu’elles soient cirées et lustrées, elles dénotaient le choix du long terme dans un monde où s’était imposée l’obsolescence. Dans le même registre, la poignée de main était l’indicateur suprême.
Tonino Benacquista

Nettoyer les rangers

A l’aide d’une brosse adaptée (type décrotoir) et de l’eau tiède, il s’agit de dépoussiérer et retirer les saletés et la boue. Cette brosse ne doit servir qu’à nettoyer les bottes, une autre brosse sera utilisée pour le cirage. Laisser sécher.

C’est à ce moment là que les puristes interviennent et encouragent fortement à passer de la crème sur le cuir afin de nettoyer en profondeur, retirer le cirage résiduel, « libérer les pores du cuir », et le nourrir !

Cirer

Utiliser du cirage noir, adapté aux bottes d’intervention et une brosse à poils souples.  Laissez sécher.

Faire briller

Retirer l’excédent de cirage à l’aide d’une brosse à lustrer, d’un bas, ou d’un chiffon en frottant énergiquement jusqu’à l’obtention du brillant attendu.

Dans tous les cas :

  • La propreté de vos bottes concoure indéniablement à l’image que vous souhaitez afficher, tant à titre personnel, qu’au titre du service. Mais n’hésitez pas à salir ces jolies rangers toutes neuves. Les bottes d’intervention, utilisées en incendie, ne sont pas des mocassins en cuir italien ; n’en devenez pas esclaves. Un décrottage/cirage rapide suffit en règle générale à faire la différence entre des bottes sales et de belles bottes.
  • Utilisez les crèmes et cirages préconisés par le constructeur ou mis à disposition par votre employeur,
  • Ne trichez-pas : les cirages magiques ultra-imperméabilisants et les super polish méga SHINING2000 offriront certainement un brillant immédiat ; choisissez le long terme !
  • Concernant les ampoules et les bottes neuves et raides : laissez faire la nature, c’est la meilleure solution,
  • N’accélérez pas le séchage de bottes humides au contact d’une source de chaleur,
  • Au repos, laissez les bottes dans un endroit sec et aéré, ces bottes doivent respirer !
  • Surveillez l’état des semelles, des coutures et des fermetures.
  • Dernier conseil : arrêtez de vous faire mal au dos pour rien ! Pensez « gestes et postures » ! Ne vous baissez pas vers vos bottes pour les cirer, faîtes-les venir à vous. Assis, botte à la main. Ou Rangers aux pieds, debout, dos droit, botte en appui sur un support à hauteur du bassin.
Les conseils à ne pas suivre
Les conseils à ne pas suivre