L’essentiel sur le risque radiologique

0
1690

L’essentiel sur le risque radiologique pour les sapeurs-pompiers.

Sur opération, comment identifier la présence d’un risque radiologique ?

Quels sont les risques ?

La présence de source radioactive sur opération est susceptible de présenter 2 risques pour les victimes et les intervenants :

  • Le risque d’exposition à distance ou irradiation.
  • Le risque d’exposition au contact ou contamination (interne ou externe)

C’est bien l’état de la source radioactive (scellée, non-scellée, intègre, dispersée, solide, liquide, gaz) qui conditionnera les risques encourus (sur un incident, dans les premières minutes, il est impossible de se prononcer sur l’intégrité d’une source…).

Où prendre les informations ?

Pour les transports :

  • Le conducteur (le transporteur), l’expéditeur, éventuellement le destinataire.
  • Le document de transport, la déclaration d’expédition de matières radioactives.

Hors transports (entreprises, laboratoires, etc.)

  • Le responsable de l’activité, la personne compétente en radioprotection,
  • L’ensemble des documents détenus dans le cadre de la détention, utilisation de sources radioactives (dossier d’autorisation ASN par exemple).

Dans tous les cas :

  • La CMIR (cellule mobile d’intervention radiologique),
  • L’IRSN,
  • Etc.

En attendant la CMIR, que dois-je faire ?

  • Établir un périmètre de sécurité (zone d’exclusion) de 50m environ (500m pour un incident sur gammagraphe),
  • Tenir le périmètre,
  • Regrouper les personnes exposées à l’extérieur du périmètre,
    • Réduire le risque de contamination interne / externe (masques papiers, ne pas fumer, ne pas manger, ne pas boire, éviter les contacts, attendre la levée de doute par CMIR),
  • Prise de renseignement sur la source auprès du personnel regroupé,
  • Message de compte-rendu avec demande de renforts,
  • Pas d’engagement inutile en zone d’exclusion,
  • Le risque vital prime sur le risque radiologique,
  • Pour se protéger (tenue de base – TSI / feu, gants, protection respiratoire).
  • En cas de doute sur une contamination de l’équipage SP : maintenir les EPI, attendre levée de doute CMIR.