L’essentiel sur la caméra thermique

#1 Les objets émettent un rayonnement invisible

Touts les objets émettent un rayonnement électromagnétique, des ondes, et c’est principalement du rayonnement infrarouge ; le rayonnement thermique.

La densité de ce flux de chaleur émis par l’objet s’exprime en W/m² et dépend de :

  • la température de l’objet,
  • sa capacité à émettre de la chaleur : l’émissivité.

 

Matériaux Émissivité (ε)
Aluminium non oxydé 0,02
Aluminium oxydé 0,20
Béton 0,93
Cuivre poli 0,03
Cuivre oxydé 0,70
Fer 0,80
Papier 0,97
Plâtre 0,90
Brique 0,93
Bois 0,94
Couche d’huile 1 à 2 mm 0,30
Eau 0,95

Émissivité (ε) Mesure déterminant la capacité d’un matériau à émettre un rayonnement infrarouge. L’émissivité dépend des propriétés de la surface, du matériau, ainsi que – pour certains matériaux – de la température de l’objet.

#2 Une caméra thermique, c’est quoi ?

Une caméra thermique est un appareil qui analyse les différents rayonnements infrarouges (ondes de chaleur) émis par un corps vivant ou matériel et transforme les signaux en une image thermique.

Une caméra thermique permet de représenter la répartition des températures, une « image thermique » invisible pour l’œil humain.

Lorsque la caméra thermique indique une température, il s’agit d’une conversion du rayonnement thermique mesuré. Pour assurer cette conversion, le système de la caméra considère une émissivité de l’objet aux alentours de 0,9 (émissivité par défaut correspondant grossièrement à la plupart des matériaux usuels).
Attention tout de même… pour certains matériaux dont l’émissivité est beaucoup plus faible, prenons le cas d’une couche d’huile (ε = 0,30), la température affichée sera largement sous-estimée.

Aujourd’hui la technologie se généralise vers le grand public et des caméras thermiques sont disponibles en périphérique de smartphone Android ou Apple pour moins de 300 €.

#3 La caméra thermique ne voit pas à travers les murs

Et c’est bien dommage… Mais les rayons infrarouges émis par une source ne traversent pas les murs ou tout autres solides.


D’ailleurs les rayonnements infrarouges vont également avoir du mal à traverser les volumes de fumées (épaisses), de vapeurs ou d’humidité, ils seront captés sur leur trajet.


Et aussi surprenant que ça puisse paraître, contrairement à nos yeux, la caméra thermique ne voit pas à travers le verre, les vitres ; le rayon infrarouge y est réfléchi. Un vitre agit donc comme un miroir pour une caméra thermique.

#4 Les utilisations possibles en intervention

Sur feu

  • Repérer des victimes en atmosphère enfumée, sombre (feux d’appartements, de parkings souterrains, d’usines, de forêts, etc.) ;
  • Progresser plus aisément dans un environnement envahi par la fumée ou très obscur, en offrant davantage de repères ;
  • Rechercher le foyer d’un incendie ou même un feu couvant ;
  • Rechercher rapidement un itinéraire de repli, de secours ;
  • Identifier des éléments dangereux lors d’incendies, comme des bouteilles de gaz, des réservoirs de carburant, etc. ;
  • Localiser des points de ventilation ;
  • Repérer des points chauds résiduels après l’extinction d’un incendie (feu de cheminée, etc.), en particulier en milieu forestier ;
  • Surveiller un circuit électrique en surchauffe, un silo

Secours à victimes et recherche de personnes

  • Rechercher une personne égarée (en zone dégagée),
  • Localiser une personne à la surface de l’eau,
  • Retrouver des victimes éjectées à la suite d’un accident de la circulation (en particulier la nuit ou lorsque les lieux sont difficiles d’accès) ;
  • Rechercher un membre sectionné.

En risques technologiques :

  • Visualiser le niveau liquide d’une citerne ou de tout récipient (s’il n’est pas calorifugé…)
  • «Distinguer» une pollution hydrocarbure à la surface de l’eau (de nuit, parce que de jour ça n’a aucun intérêt…). L’émissivité de l’hydrocarbure étant beaucoup plus faible que celle de l’eau, à une même température, l’hydrocarbure est susceptible de faire apparaître un contraste, si l’épaisseur d’huile est suffisante.
  • Identifier une importante fuite de gaz.

#5 Quelques conseils d’utilisation :

  • Scannez la scène sous plusieurs angles. Ça n’a pas été abordé précédemment mais l’angle de prise de vue a son importance pour la détection des points chauds.
  • À chaque changement d’ambiance thermique (entrée dans un volume chaud par exemple), laissez le temps à la caméra de revoir son référentiel et d’adapter son échelle de mesures. Parfois, l’écran se fige, c’est ce que fait la caméra, elle s’adapte !
  • Pour mesurer une température, réduisez au maximum la distance de prise de vue, rapprochez-vous si possible !

mars 21, 2017

Étiquettes : , , ,
  • pour la fuite, expliquez que la détente du gaz va faire chuter la température localement autour de la fuite, ça permet aux utilisateurs de savoir ce qu’ils cherchent 🙂 .

    article à diffuser et consommer sans modération, merci

  • Laisser un commentaire